BORN to LEARN : la plateforme web qui simplifie la recherche de formation


Toujours en veille sur les sujets de numérisation des Ressources humaines, j’ai déniché pour vous un nouvel outil qui aide les Responsables de Formation à trouver les organismes : BORN to LEARN. Dans ce cadre, j’interview Philippe Malbrunot le fondateur.

 

Quel est ton parcours ?

 

J’ai commencé comme graphiste dans le jeu vidéo. J’ai eu la chance de découvrir internet il y a 20 ans en travaillant avec des sociétés américaines, qui étaient connectées sur le web. Pour moi internet est devenu une vraie passion. A la fin des années 90 je développais des sites web dans les milieux du design et de la mode en région parisienne. J’ai eu la chance d’avoir des clients en région Rhône Alpes où je me suis installé. J’ai créé une agence web sur Savoie Technolac qui s’appelait Ekoya et qui a duré une dizaine d’années. Quand j’ai arrêté en 2010, j’ai rebondi et je me suis tourné vers la formation, parce que j’aimais beaucoup le contact avec les gens et les échanges pour transmettre le savoir. J’ai intégré un organisme de formation en tant que Responsable de Communication et de marketing et j’ai eu le plaisir de créer et d’animer plusieurs formations liées au marketing digital. En 2013, j’ai repris mon indépendance avec une double casquette : Consultant digital et formateur.

 

 

Quelles sont les tendances de la formation ?

Il y en a beaucoup, cela part un peu dans tous les sens, à mon avis. On parle beaucoup de « mixed learning », de « blinded learning », de MOOC ou d’e-learning. Ce sont souvent des mots anglais, mais l’idée générale c’est surtout de pouvoir suivre une formation à distance et/ou en présentiel. L’autre aspect, c’est surtout de pouvoir suivre sa formation, progresser, évaluer en temps réel, échanger avec une communauté (social learning).

 

 

Comment t’est venue l’idée de la plateforme Born-to-learn ?

C’est une très bonne question. Quand j’accompagnais les entreprises pour les aider à développer leur stratégie digitale, mon objectif était de faire venir des clients, accélérer les ventes grâce à internet. Je travaillais avec plusieurs organismes de formation et j’ai fait le constat qu’il y avait un vrai problème. D’un côté les organismes de formation étaient soit absents d’internet, soit ils étaient sur le web mais ils avaient des difficultés à trouver des clients et à rentabiliser leurs investissements. Et de l’autre côté, les entreprises et les personnes cherchant des formations avaient du mal à trouver des formations. J’ai pris conscience de l’écart existant entre l’offre et la demande. Etant très intéressé par les problématiques d’usage, d’ergonomie, ce qu’on appelle l’expérience utilisateur, je me suis dit qu’il fallait créer une plateforme un peu sur le modèle « Blablacar » pour mettre en relation de façon simple une offre et une demande.

 

 

Quelles ont été les étapes ?

La première étape a été de formaliser l’idée. En général, on dit que l’idée c’est à peine 5% du projet, même s’il faut qu’elle soit bonne au départ. Ensuite j’ai dû trouver des fonds. Un de mes amis a cru au projet et décidé d’investir. Ensuite j’ai rencontré plusieurs structures spécialisées dans le financement des start-ups au niveau régional et national. Aujourd’hui nous sommes accompagnés par le dispositif Inovizi, la bourse french tech, la BPI, le réseau Entreprendre, l’aide de Savoie Technolac.

 

 

Comment fonctionne la plateforme Born-to-learn ?

Elle facilite la mise en relation entre les organismes de formation et ceux qui cherchent des formations. Elle simplifie les recherches pour les salariés, les demandeurs d’emploi et les personnes qui ont en charge la formation professionnelle en entreprise.

  • Pour les responsables de formation : il est possible de trouver, comparer et d’obtenir des devis en quelques clics. L’utilisation de la plateforme est gratuite et sans engagement ?

 

  • Pour les organismes : ils renseignent leurs programmes de formations gratuitement, ce qui leur permet d’avoir de la visibilité. Ils paient à partir du moment où un devis est demandé. Ils peuvent proposer autant de formations que souhaité.

 

 

En quoi la plateforme est-elle innovante et diffère t’elle des annuaires de formation existants ?

Nous avons beaucoup étudié les besoins de l’utilisateur au travers d’enquêtes. Nous permettons simplement aux Responsables de formation d’obtenir 3 devis pour pouvoir les comparer, ce qui est souvent une difficulté et une perte de temps pour eux.

Par ailleurs pour les organismes de formation c’est une place de marché qui leur donne de la visibilité et leur permet d’émettre des devis de façon automatisée, à la demande et avec une tarification intéressante par rapport à l’offre du marché. Ça permet organisme de petite ou moyenne taille de présenter leur offre sur le web et d’être accessibles aux entreprises. Aujourd’hui, ils ne sont pas systématiquement représentés dans les annuaires, compte tenu du coût parfois élevé.

 

 

Une autre particularité de la plateforme : elle propose des articles spécifiques sur la formation, les ressources humaines et le digital.

 

Parle nous un peu des organismes de formation référencés par la plateforme

Aujourd’hui, environ 200 organismes de formation sont référencés et ils représentent une offre de 2000 formations. Notre objectif est de référencer 10 000 formations d’ici l’été 2017 et de multiplier par 3 le nombre d’organismes de formation. Nous couvrons toutes les thématiques de formation (management, langues, informatique, vente et marketing, gestion, sécurité/qualité et web, développement personnel). Les 2 thèmes que nous ne couvrons pas concernent la santé et certains métiers artisanaux.

 

 

Quelles sont les évolutions pour les mois à venir ?

Notre philosophie est l’adaptation permanente : la plateforme n’est pas figée et nous la faisons évoluer selon les besoins des utilisateurs pratiquement en temps réel. Chronologiquement, nous allons développer une fonctionnalité qui permettra d’évaluer les formations directement en ligne (sur ordinateur et sur mobile). Cela facilitera le travail des Responsables Formation.

Ensuite nous allons travailler sur la possibilité de regrouper les demandes de formation pour constituer des groupes sur des bassins de population en particulier. Cela permettra aux organismes de formation de créer des sessions de formation spécifiques pour répondre aux besoins. Nous anticipons les demandes de marché.

 

 

Combien coûte l’accès à la plateforme ?

L’accès à la plateforme est gratuit pour les Responsables de Formation, les salariés et les demandeurs d’emploi.

Pour les organismes de formation l’accès est gratuit et la visibilité associée également. Lorsqu’un devis est demandé, l’organisme de formation reçoit une demande et a la possibilité d’accepter ou de refuser la demande. A partir du moment où la demande de devis est acceptée, l’organisme paie des crédits de mise en relation (le coût est compris entre 5 € et 20 € pour des devis allant de 400 à 4000 €). Nous avons voulu un tarif très accessible pour démocratiser l’accès au web des petits et moyens organismes de formation qui aujourd’hui y sont peu présents.

 

 

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

Nous n’avons pas réellement de difficultés mais nous constatons que l’activité dans le digital est toujours un peu longue à démarrer. Cela ressemble un peu à un diesel. Pour le moment nous nous sommes concentrés sur le référencement des organismes de formations. Initialement nous avons constaté une forme de légère crainte de la part des organismes de formation et petit à petit elle a disparu. Aujourd’hui, les organismes de formations nous rejoignent plus facilement et de façon plus spontanée.

En ce début d’année, nous commençons à ouvrir la plateforme aux Responsables de formation.

Nous avons aussi noué un partenariat avec le Lab-RH, qui est une association regroupant toutes les start-‘ups innovantes dans le domaine des RH. Nous cherchons à nouer des partenariats avec des sociétés ayant des offres complémentaires à la nôtre. Dans ce cadre nous venons de nouer un partenariat avec la plateforme Monkey Tie, spécialisée dans le matching affinitaire. Ce qui est intéressant c’est qu’aujourd’hui il existe un vrai écosystème d’innovation en particulier dans le domaine RH. C’est un domaine qui n’a pas été immédiatement concerné par le numérique mais qui est de plus en plus concerné. Il existe 300 start-up, en France, centrées sur les innovations RH.

 

 

A propos de l'auteur

Benjamin Metzger

Benjamin Metzger


Après un parcours professionnel de 15 en Ressources Humaines dans des PME et des grands groupes, B. Metzger a rejoint le réseau d'experts Perfhomme.

Il dirige le cabinet de recrutement et de conseil RH Perfhomme pour les Alpes.

Au quotidien, il aide les entreprises à développer l'engagement de leurs collaborateurs, pour générer de la performance économique durable.


1 commentaire

@

Ces articles peuvent vous intéresser

La digitalisation change la donne du recrutement !

Il y’a quelques années en arrière, les choses étaient relativement simples pour les recruteurs (en entreprises et en cabinets de recrutement) : ils rédigeaient e...

Lire la suite

L’avènement du recrutement prédictif marque t’il la fin du métier de recruteur ?

L’activité de recrutement est vieille comme le monde. Et l’image du Sergent recruteur de l’armée romaine en atteste. Depuis que l’Homme est organisé en soc...

Lire la suite